« Religieux (ses), nous sommes sel de la terre et lumière du monde (Mt 5, 13-16) »

Message d’Asuma-Usuma à tous les Consacrés de la RDC à l’occasion de la XVIIIè Assemblée plénière du 21 au 29 janvier 2018 au Centre Nganda/Kinshasaasumardc

Chers frères et sœurs,

Le 21-01-2018, jour où plusieurs parmi nous, avons répondu positivement à la marche pacifique convoquée par le Comité Laïc de Coordination de l’Eglise Catholique (CALCC) pour réclamer la mise en application intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre du 31-12-2016,

Plusieurs parmi nous, à Kinshasa comme dans les autres provinces du pays, étaient touchés par les effets des gaz lacrymogènes, par l’arrestation de certains de nos confrères et consœurs, par les blessures et même par la mort des plusieurs compatriotes dont une aspirante de la paroisse Saint François de Sales.

Encouragés par les exhortations de :

  • Monseigneur Joâo Braz Card. De Aviz, Préfet de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique,
  • Monseigneur Luis Mariano Montemayor, Nonce apostolique en RDC,
  • Monseigneur Oscar Ngoy, Evêque de Kongolo et Président de la Commission Episcopale pour la Vie Religieuse en RDC,

Nous, supérieurs (es) majeurs (es) de la RDC, avons ouvert la XVIIIèAssemblée plénière et statutaire Asuma-Usuma au Centre Nganda de Kinshasa ayant pour thème :

« Religieux (ses), à l’écoute de l’Esprit-Saint pour être lumière du monde ».

De ce thème, nous réaffirmons que :

  • La vie consacrée est don et œuvre de l’Esprit-Saint ;
  • Nous avons donné notre vie à Dieu et avons reçu de lui la mission d’annoncer la Bonne Nouvelle au Peuple de Dieu ;
  • Notre communion avec le Seigneur dans la prière nous donne la grâce d’être efficaces et témoins du Christ dans ce pays dominé par les anti-valeurs et par la médiocrité ;
  • Nous sommes sel de la terre et lumière du monde ;
  • Nous sommes artisans de la justice, de la paix et de la réconciliation dans nos communautés et dans le monde entier ;
  • Nous sommes intendants des biens spirituels et matériels au sein de nos communautés et de nos œuvres.

Notre identité ayant été ainsi définie, recommandons :

  • Qu’à la suite de notre Seigneur Jésus-Christ, nous soyons sel de la terre et lumière dans ce pays dominé par des anti-valeurs et par la médiocrité ;
  • Qu’à l’exemple de nos Fondateurs (trices), nous restions à l’écoute de l’Esprit-Saint afin que nous transformions le monde dans lequel nous sommes envoyés;
  • Que nous renforcions la fraternité, l’unité et la solidarité au sein de nos communautés et dans nos milieux de vie;
  • Que nous soyons de vrais artisans de justice, de paix et de réconciliation afin que nous dénoncions et luttions contre toutes les violences qui déshumanisent l’homme (guerres, viols, tracasseries…;
  • Que nous prenions davantage conscience des réalités spirituelles erronées qui déstabilisent nos communautés religieuses et chrétiennes. Dans ce contexte, il nous faudrait intensifier la formation doctrinale, spirituelle, catéchétique et notre pastorale de proximité ;
  • Que nous ne soyons pas en marge des moyens modernes de communication ; mais avec un esprit critique, nous devons veiller à leur bon usage ;
  • Que nous soyons fidèles aux normes de la vie consacrée et aux charismes de nos congrégations respectives (Constitutions, Code de droit canonique, Coutumiers, Règles de vie, Directoires…) ;
  • Comme Intendants des biens temporels de nos Instituts, notre gestion doit être saine, transparente, honnête et responsable car notre auto-prise en charge et notre attention aux pauvres en dépendent;
  • Que le sens d’appartenance à nos congrégations soit inculqué à tous les membres et à tous les niveaux;
  • Que notre formation tant au niveau initial qu’au niveau permanent, devienne davantage intégrale (doctrinale, spirituelle, intellectuelle, humaine, sociale, réconciliation et paix, protection et respect de l’environnement);
  • Que nous soyons attentifs à la formation des jeunes comme l’a souhaité le pape François en cette année qu’il dédie à la jeunesse ;
  • Que nous accompagnions notre peuple à se mettre debout et à se prendre en charge : c’est aussi la mission de la personne consacrée.

Convaincus de la misère mentale, spirituelle, économique… qui nous guette, convaincus de la présence de l’Esprit-Saint qui nous accompagne dans notre action apostolique, avec un regard optimiste, nous espérons que chacun d’entre nous dans sa condition propre, apportera du neuf dans nos communautés et dans notre société dominée par des anti-valeurs et par la médiocrité. Puisqu’aujourd’hui encore le Seigneur nous envoie dans notre société pour vivre et témoigner de son évangile. Puisse la Vierge Marie, mère des consacrés et de l’Eglise, intercéder pour  chacun de nous.

Fait à Kinshasa, le 29 janvier 2018

Sœur Catherine NSIAMI, – Présidente de l’USUMA

Père Charles-Alain PULULU, rsv – Président de l’ASUMA