Communiqué de la Présidence Nationale / ASUMA

asumardcKinshasa, le 02 octobre 2017

Concerne: Démission du Président National de l’Assemblée des Supérieurs Maieurs

Éminence,
Excellences,
Révérends Pères Supérieurs majeurs,
Révérends Frères Supérieurs majeurs,
Révérendes Mères Supérieurs majeures
Messieurs les Abbés
A travers cette annonce, je voudrais porter à votre connaissance, qu’en date du 16
Septembre 2017, il a plu au Très Révérend P. Michael Brehl, Supérieur général de la
Congrégation des Rédemptoristes à Rome, de me designer Coordinateur de la
Conférence des Rédemptoristes d’ Afrique et Madagascar, pour continuer la mission
de la Congrégation dans cette région du monde.
De ce fait, comme les stipulent les Statuts de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs en
RD Congo, en leur Art.18 §4 : « si, en cours de mandat, le Président national cesse d’être Supérieur majeur, c’est le Vice-président qui lui succède avec tous les pouvoirs du Président, pour finir le mandat en cours ( … ) ».
Je dépose donc ma démission à la charge de Président National de l’Assemblée des
Supérieurs Majeurs.
Avec mes sincères sentiments de gratitude à l’égard de toutes les instances et autorités
ecclésiastiques ainsi qu’aux collaborateurs qui m’ont aidé à assumer cette responsabilité jusqu’en ce jour.
Que la Vierge Marie Mère du Perpétuels Secours nous accompagne sur la route de la
mission.
Fraternellement dans le Christ Rédempteur.

P. Zéphirin LUYILA Ndongala, cssr

document pdf

L’exercice de l’autorité à l’exemple du Bon Pasteur

asuma-usuma-041017« L’exercice de l’autorité à l’exemple du Bon Pasteur. Questions pratiques et échanges d’expériences », tel était le thème choisi par les deux unions mixtes des Supérieurs (es) majeurs(es), l’ASUMA et USUMA, qui ont décidé d’ organiser le mercredi 4 octobre 2017 une matinée de formation, de réflexion et de partage d’expériences au siège de l’USUMA sur la 13ème rue résidentielle dans la commune de Limete à Kinshasa. Malgré des gouttes de pluies qui ne cessaient de tomber, l’intérêt que manifestaient les Supérieurs (es) majeurs (es) et les Supérieurs (es) des communautés conviées aussi à cette rencontre, les a poussés à braver l’intempérie pour répondre au rendez-vous et réfléchir autour du thème précité.

Lire la suite

Nouveau Secrétaire Général de l’ASUMA

Décret N°001/ ASUMA/P/2017, PORTANT SUR NOMINATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL, ASUMA NATIONALE.
1. Nous, membres du Conseil d’Urgence de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs en RD Congo, réunis conformément aux Statuts de l’Asuma, notamment en leur article 17 §1-2; siégeant en matière d’impérative nécessité, en vue de pourvoir au poste de Secrétaire Général de l’Assemblée des Supérieurs Majeurs (ASUMA) nationale, avons pris en considération les réponses aux demandes de candidature soumises aux Supérieurs Majeurs.

2. Ayant pris en compte les qualités et le profil du candidat à cette charge, le choix a été porté sur le RP. BAUDOUIN MUKABI NGALILE LUDZU, svd.

3. Le RP. Baudouin MUKABI Ngalile, svd, prendra ses fonctions de Secrétaire général de l’Asuma à dater du 30 Octobre 2017. Pour un mandat de QUATRE ANS (4 ans) renouvelables (Statuts Asuma, art. 24). Toutefois, une période de TRENTE JOURS
(30 JOURS) sera accordée au Secrétaire général sortant pour introduire le nouveau Secrétaire général dans l’administration de l’Institution. Ce, du 1er octobre 2017 au 30 Octobre 2017, jour de la prise et remise.

4. Son service est défini par les Statuts Asuma, Articles 23-26.

5. Le Secrétaire général a dans ses attributions, en plus des matières définies dans les
articles précités, la fonction du Recteur du Home Asuma, sis à Righini.
Ainsi fait à Kinshasa, le 15 Septembre 2017
En la mémoire de Notre Dame des douleurs.

Pour le Conseil d’Urgence

Le RP. Zéphirin LUYILA, cssr
Président National ASUMA

makubi

Anniversaire de la Constitution apostolique Provida Mater Ecclesia.

logo-vaticanProvida Mater Ecclesia été un geste révolutionnaire dans l’Eglise. Les Instituts séculiers sont véritablement un geste de courage qui a fait l’Eglise à ce moment-là; donner une structure, reconnaître leur existence institutionnelle aux instituts séculiers. Et depuis cette époque jusqu’à maintenant, le bien que vous faites avec courage, car il y a besoin de courage pour vivre dans le monde, à l’Eglise est très grand. Beaucoup d’entre vous, seuls, d’autres dans de petites communautés. Chaque jour, mener la vie d’une personne qui vit dans le monde, et en même temps conserver la contemplation, cette dimension contemplative à l’égard du Seigneur et également à l’égard du monde, contempler la réalité, ainsi que contempler les beautés du monde et aussi les graves péchés de la société, les déviations, toutes ces choses, et toujours dans une tension spirituelle… C’est pourquoi votre vocation est fascinante, car c’est une vocation qui est précisément là, où se joue le salut non seulement des personnes, mais des institutions. Et de tant d’institutions laïques nécessaires au monde. C’est pourquoi je pense ainsi, qu’avec Provida Mater Ecclesia, l’Eglise a fait un geste vraiment révolutionnaire! (Du Pape François, Audience aux Participants à la Rencontre promue par la Conférence italienne des Instituts séculiers, 10 mai 2014)

Lire la suite

Enlèvement de deux prêtres du diocèse de Butembo-Beni. Dénonciation et condamnation

logo20cenco1. Nous venons d’apprendre, par la voie des médias, la nouvelle de l’enlèvement de deux Prêtres catholiques de la Paroisse Notre-Dame des Anges de Bunyuka, au Diocèse de Butembo-Beni, dans la chefferie de Bashu, au sud-est du Territoire de Beni dans la Province du Nord-Kivu.
2. Il s’agit des Révérends Abbés Charles KIPASA et Jean-Pierre AKILIMALI , pris en otages par une dizaine des hommes armés non encore identifiés, ce dimanche 16 juillet 2017, peu avant 22h00. Ces inciviques ont emporté avec eux 2 Jeeps de marque RAV 4 et 2 motos, après avoir passé à tabas l’ensemble des séminaristes hébergés sur place.

3. La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) condamne sans réserve cet enlèvement de plus qui vient encore remuer la douleur de l’Eglise-Famille de Dieu en RD Congo qui, depuis quelques années, pleure ses fils et ses filles, victimes des atrocités et des actes de barbarie. Les Prêtres sont des hommes de Dieu qui consacrent leur vie pour le bien de la population sans un agenda politique. Leur faire du mal c’est nuire à toute la communauté qu’ils servent.

4. La CENCO dénonce le climat d’insécurité et en alerte les Autorités congolaises,  garantes de la sécurité des personnes et de leurs biens, et plus particulièrement
demande aux forces de sécurité et de défense, de tout mettre en oeuvre pour libérer
les deux Prêtres des mains de leur ravisseurs et de démanteler ce réseau criminel qui déstabilise la paix dans la Région de Beni. Qu’il en soit ainsi des trois autres Prêtres, Jean Pierre NDULANI, Edmond KISUGHU et Anselme WASUKUNDI, tous de la Paroisse Catholique Notre-Dame de Mbau, enlevés en octobre 2012, dans le territoire de Beni, et qui n’ont toujours pas été relâchés.

5. Puisse la Vierge Marie, Notre-Dame de bons secours, accompagner ces Serviteurs de Dieu sur leur chemin de calvaire.

Fait à Kinshasa, le 17 JUIL 2017

+ Marcel UTEMBI TAPA
Archevêque de Kisangani
Président de la CENCO

Le Pays va très mal. Debout, Congolais! Décembre 2017 approche

logo20cenco

MESSAGE DE L’ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE ORDINAIRE DES ÉVÊQUES MEMBRES DE LA CENCO

 

  1. Nous, Archevêques et Évêques, Membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en notre 54éme Assemblée Plénière Ordinaire à Kinshasa, du 19 au 23 juin 2017, mus par l’Evangile du Christ et éclairés par la doctrine sociale de l’Eglise, nous sommes penchés sur les conditions de vie de la population congolaise dont nous avons la charge pastorale.
  2. Nous sommes profondément inquiets et préoccupés par la détérioration continue de la situation économique, sécuritaire et humanitaire ainsi que par l’impasse politique actuelle.

    Le Pays va très mal
    Situation socio-économique

  3. Il y a peu, la RD Congo jouissait d’une relative stabilité économique. En ces jours, la santé économique de notre pays est critique ; elle empire au jour le jour. Nous assistons au recul du taux de croissance, à la dépréciation de la monnaie nationale face aux devises étrangères à cause du flottement du taux de change. Le climat des affaires est plus que morose et décourage les investisseurs.
  4. La corruption, l’évasion fiscale, le détournement de fonds publics ont atteint des proportions inquiétantes à tous les niveaux. Un groupe de compatriotes, abusant manifestement de leur pouvoir, s’octroient des avantages économiques faramineux au détriment du bien-être collectif.
  5. Par conséquent, le pouvoir d’achat a sérieusement baissé au point que les familles peinent à joindre les deux bouts. Pour la grande majorité de la population congolaise, les conditions de vie sont devenues plus que précaires. En témoignent la sous-alimentation, l’incapacité d’accéder aux soins de santé primaire et à la scolarité, l’accumulation des arriérés de salaires, « l’explosion du chômage des jeunes favorisant la grogne sociale, le banditisme et le recrutement de jeunes dans les innombrables milices ». L’approvisionnement en eau et en électricité est devenu irrégulier dans les milieux urbains, tandis que les factures de consommation ne cessent d’augmenter.

    Situation sécuritaire et humanitaire

  6. L’insécurité quasi-généralisée à travers le territoire national influe directement sur la vie des personnes. Elle porte atteinte à la dignité humaine et au respect des droits humains. C’est le cas au Grand Kasaï où les affrontements entre les forces de l’ordre et les miliciens ont causé beaucoup de pertes en vies humaines. Après neuf mois de conflit, il nous a été signalé à ce jour plus ou moins 3.383 morts, 30 fosses communes, plus d’un million de déplacés internes et 30.000 réfugiés en Angola.
  7. Nous y déplorons des destructions méchantes : 60 paroisses profanées et fermées, 31 centres de santé catholiques saccagés, 141 écoles catholiques endommagées et fermées, 3.698 habitations privées détruites, 20 villages complètement détruits. En dépit des efforts déployés par le Gouvernement congolais pour mettre fin à cette tragédie, en collaboration avec la MONUSCO, la situation demeure incertaine.
  8. Nous constatons aussi la présence massive, incontrôlée et permanente des groupes armés étrangers sur le territoire national semant désolation dans la population locale et constituant pour elle une véritable source d’inquiétude. Il s’agit notamment des rebelles de la LRA, de l’ADF NALU, des combattants sud-soudanais et tant d’autres.
  9. Nous continuons à signaler la présence des éleveurs Mbororo qui se sont installés dans les Provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé et d’autres éleveurs « étranges » dans le Tanganyika, le Haut-Lomami, le Kwilu, le Kwango, la Mongala et l’ituri. Ce phénomène n’augure·t·il pas la mise en oeuvre du plan de balkanisation de la RD Congo?
  10. Dans certains milieux, bien d’autres faits troublants nous tourmentent par leur gravité et leur répétition : le kidnapping et l’assassinat des enfants, des enlèvements de personnes et des vols à mains armées devenus récurrents, des attaques de paroisses et autres structures de l’Eglise catholique. Des évasions apparemment programmées des détenus des prisons de Makala et de Matete à Kinshasa, de Kasangulu, de Kalemie et de Béni demeurent pour nous un grand point d’interrogation. A ces situations, s’ajoute le dysfonctionnement des institutions provinciales issues du découpage territorial qui déçoit les espoirs et laisse un impact négatif sur la population.
  11. Le Nord-Kivu, le Tanganyika et l’Ituri comptent également beaucoup de victimes humaines et de déplacés internes dus aux affrontements entre les forces de l’ordre et les rebelles ainsi qu’aux tensions accrues entre ethnies et communautés, telles qu’entre les Batwa et les Bantous; une tragédie qu’on semble oublier. Il se fait malheureusement que la population a abandonné les terres, les champs sont dévastés et la famine se fait déjà sentir.

Lire la suite

Ouverture de la 54ème session de l’Assemblée plénière de la CENCO

logo20cencoLa 54ème session de l’Assemblé plénière des évêques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) s’est ouverte ce 19 juin 2017 par le discours du président, SE Mgr Marcel Utembi.

Le président de la CENCO a fait état des sujets qui seront traités lors de cette assemblée plénière, à savoir : la situation socio-pastorale du pays, la présentation des rapports synthèses des commissions épiscopales, le projet d’éducation civique et électorale (PECE), le Guide de l’Apostolat des laïcs, le Guide pour la nouvelle évangélisation, le livret catéchétique de la famille chrétienne, le plan triennal de l’éducation, le synode ordinaire des évêques sur les jeunes, les statuts du sanctuaire Bienheureuse Anuarite, les statut du Renouveau Charismatique, la convention entre l’Etat congolais et la CENCO en matière de santé, l’IFOD, la nomination du 1er Secrétaire Général Adjoint de la CENCO, etc.

Le président de la CENCO a saisi cette opportunité pour présenter ses félicitations à SE Mgr Oscar Nkolo pour sa nomination à la tête du diocèse de Mweka.

Les évêques ont également reçu la visite de SE Mgr Luis Mariano Montemayor, Nonce Apostolique en RD Congo. La session qui a commencé ce lundi 19 juin se clôturera vendredi 23 juin 2017.